Vivonne : un aménagement du centre bourg réussi

Publié le 9 avril 2015 | Actualité / Canton de Vivonne / Une

vivonne centre bourg

Fort de ses 4215 habitants, l’aménagement du bourg de Vivonne a été décrété par la municipalité en tenant compte de la préservation du patrimoine architectural de la ville, mais surtout la volonté de dynamiser la vie commerciale et économique du centre bourg.

Du côté des élus, dès le départ, on se disait « conscients » de la gêne occasionnée. « Ces travaux sont nécessaires et incontournables. Nous devons continuer la réfection des réseaux d’eau et d’assainissement et mettre en conformité l’accessibilité des commerces ». La conclusion était alors revenue au maire qui maintient son cap : « Le réaménagement du bourg se fera en concertation entre les élus et les habitants afin de faciliter vos activités.»
Mais étant donné le contexte économique et sa rigueur budgétaire, qui supposent une baisse des dotations, le déroulement des travaux doit se dérouler en plusieurs étapes, afin de ne pas mettre en cause l’équilibre financier du budget de la commune. Déjà ont été effectuées la rénovation de la rue de la mairie, l’avenue Pétonnet jusqu’au rond point de l’office de tourisme, le parking de la place Lhora et récemment le début de la Grand rue jusqu’à la Maison de la presse, en incluant le Saint Georges(1) et l’église paroissiale. Si des découvertes archéologiques n’ont pu être mises à jour faute de temps et de financements supplémentaires, l’ensemble de la rue et le parvis de l’église sont une réelle réussite pour la rénovation du  patrimoine local.
Le projet financier prévoit ainsi de refaire les surfaces concernées mais on va en profiter pour que les travaux permettent la refonte des canalisations d’eau potable et d’assainissement. Et… très prochainement la rénovation de la place au monument aux morts, avec une amélioration des parkings pour amplifier l’attractivité du centre ville pour la clientèle. Il est vrai qu’il s’agit de sauvegarder un équilibre fragile entre les contraintes des travaux et l’accès aux commerces. Alors on se dit que la ville doit accepter de souffrir un peu pour être belle…

(1)Cet hôtel, anciennement
« Hôtel de la Croix-Blanche » a été à nouveau débaptisé et rebaptisé « Le Saint-Georges», début 1994.