Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Un « Jardin remarquable » à visiter à Laverré

Actualité

Un « Jardin remarquable » à visiter à Laverré

Le Jardin du Prieuré de Laverré, sur la commune d’Aslonnes, ancien lieu de vie de moines, est classé monument historique,  » Jardin remarquable « . Il est visitable tous les jours jusqu’en novembre, sauf les mardis ainsi que les dimanches matin. Jeanne et Henri Bernard, qui l’ont acheté en 1967 (50 ans), résident dans l’ancien prieuré. Le couple a réaménagé le domaine laissé à l’abandon après la Révolution Française qui avait chassé les religieux. Il s’occupe principalement de la maison, organise le jardin et le fait visiter. On peut d’ailleurs plus parler de jardins au pluriel tellement la découverte et l’étonnement sont multiples.

Le Jardin du Prieuré de Laverré, sur la commune d’Aslonnes, ancien lieu de vie de moines, est classé monument historique,  » Jardin remarquable « . Il est visitable tous les jours jusqu’en novembre, sauf les mardis ainsi que les dimanches matin. Jeanne et Henri Bernard, qui l’ont acheté en 1967 (50 ans), résident dans l’ancien prieuré. Le couple a réaménagé le domaine laissé à l’abandon après la Révolution Française qui avait chassé les religieux. Il s’occupe principalement de la maison, organise le jardin et le fait visiter. On peut d’ailleurs plus parler de jardins au pluriel tellement la découverte et l’étonnement sont multiples.

Des temps immémoriaux

D’abord dépendant de l’abbaye de Déols dans l’Indre, le Prieuré de Laverré a été occupé par des moines sous la responsabilité d’un Prieur commendataire. Devenu objet régalien, il sera cédé par le Prince de condé à Louis XV. Lieu de naissance de Saint Lubin, il est vendu à la Révolution avec les terres attenantes, à un fermier voisin ; puis il est revendu souvent au cours des 19ème et 20ème siècles comme exploitation agricole. Il tombe alors progressivement à l’état de ruine ainsi que son environnement. Jeanne et Henri Bernard ont d’abord débroussaillé les alentours, effectué les travaux d’urgence sur le bâtiment principal (sans nouveaux matériaux) et remis les douves en eaux, sans jamais cesser d’améliorer le jardin.

Une visite « remarquable »

Accueil, empathie, générosité, l’amour du végétal et du patrimoine est inhérent à ce lieu. La visite guidée par la propriétaire des lieux est passionnante, pleine d’anecdotes et d’explications techniques. On entre dans le prieuré par un pont de pierre très ancien, pour accéder au bâtiment principal et visiter la chapelle. À l’avant de la bâtisse, le jardin structuré par des allées bordées de pavés et ponctuées de boules de buis, avec des plantes qui se sont installées sur les murs au fur et à mesure des années. Déjà on peut constater que le jardin (style XV°) de forme semi-circulaire a été repensé dans l’esprit monastique, agrémenté comme le reste du domaine, par les sculptures en pierre du maître des lieux.

600 espèces plus tard, un écrin de végétation

Après avoir contourné la chapelle par une allée à la végétation exubérante, on atteint l’arrière du prieuré situé dans un écrin de végétation. On découvre alors les douves, alimentées par de l’eau de source affluent du Clain. Elles délimitent l’emplacement du jardin. Un jardin séparé en deux parties par une allée aux moines: d’un côté plutôt des buis et de l’autre des plantes. Celles-ci viennent de la planète entière : berces du Caucase, roseaux bleus d’Australie, poivre du Sichuan, ronces du Tibet ou encore rosier d’Alaska,… Ce dépaysement continue avec des plantes aromatiques et médicinales ainsi qu’une collection de fougères, d’hellébores, d’euphorbes, de pavots et de clématites qui partent à l’assaut des arbres. Le développement du jardin associe paradoxalement « rigueur et délicieux fouillis savamment pensé » entre plantes de nos grand-mères, légumes anciens, fleurs sauvages, collection de chardons. Enfin le cheminement nous ramène sous un enchevêtrement de rosiers anciens voire des rosiers lianes mêlés aux branches d’arbres rares, pour finir dans une allée bordée de deux rangs de vignes

Plus Actualité

Haut De Page