Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Un bon cru – Fest’île persiste et signe

Actualité

Un bon cru – Fest’île persiste et signe

Malgré une forte pression et de nombreuses manœuvres d’obstruction de la part de la direction du camping « Les Peupliers », installé sur un terrain jouxtant l’abbaye de Valence est parvenue à mener à son terme la 3e édition de Fest’île.

concert melimelodi

Malgré une forte pression et de nombreuses manœuvres d’obstruction de la part de la  direction du camping « Les Peupliers », installé sur un terrain  jouxtant l’abbaye de Valence où s’est déroulé le festival, l’association Mélimélo de Couhé, avec le ferme soutien du maire de Couhé, commune d’accueil, et du Président de la communauté de Communes, établissement public propriétaire du site, est parvenue à mener  à son terme la 3e édition de Fest’île.


Les deux précédentes étaient basées au bourg de Voulon mais pour des questions de disponibilité de locaux, celle de 2014 a été délocalisée à l’abbaye de Valence, site que les organisateurs et le public ont particulièrement apprécié de par sa beauté et sa fonctionnalité. Ainsi quelques mille festivaliers ont été accueillis sur les 2 jours. Ce festival qui veut en aucune façon concurrencer « le Fil du son » de Civray se veut être avant tout une rencontre conviviale.
En tête d’affiches  pour l’édition 2014 : Orage mécanique, Biga Ranx , Kanka , Orfaz, Curb et violette ou Dub Addict. Au cours des concerts du soir ces groupes se sont partagés la grande scène avec des groupes en devenir tels que le rappeur Tiwanka  et le groupe Djambar qui ont gagné cet hiver au cours du tremplin musical organisé sous les halles de Couhé par Meli Melodie, le droit de partager la programmation avec «  les pros ».
Les concerts du samedi après midi étaient quant à eux ouverts à des groupes locaux débutants. Un  cadeau sans prix  pour ces jeunes pousses dont la plupart avaient jusqu’à ce weekend là,  que les quatre murs de leurs salles de répétions comme public. En alternance avec ces plateaux  musicaux, le public a pu bénéficier de spectacles d’arts de la rue dont, entre autres du théâtre et de la jonglerie.

Doper l’économie locale
Le samedi après midi les visiteurs étaient invités gratuitement à flâner entre les différents stands du marché d’artisanat d’arts qui avait élu domicile dans le parc de l’abbaye. Ce festival dont le budget s’élève à  30 000 euros  s’autofinance quasiment intégralement puisqu’il ne bénéficie que de 10 % de subventions. Celles-ci proviennent essentiellement de, la région, la CCRC, des communes de Couhé et Voulon et de quelques sponsors privés. Cette manne financière  repart en quasi-totalité dans l’économie locale puisque techniciens, musiciens et fournisseurs de produits d’alimentations et de boissons sont tous des professionnels basés sur  Couhé et ses proches environs.
Ainsi avec ce  festival, « les Nuits de l’abbaye » en juillet, et « les Heures vagabondes » du conseil général qui ont fait étape à l’abbaye, ce sont plus 60 000 euros qui sont repartis en trois soirées dans le tissu économique  de Couhé et sa micro région. L’économie touristique est certes importante pour notre territoire mais il ne faut  pas sous-estimer l’impact que représentent aussi pour celui ci, les  soirées festives portées bénévolement par les acteurs associatifs. Les deux se doivent de vivre en bonne intelligence.

Plus Actualité

Haut De Page