Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Sarah Toulat-Paillat : les 90 premiers jours de Madame le Maire de Châtillon

Actualité

Sarah Toulat-Paillat : les 90 premiers jours de Madame le Maire de Châtillon

Sarah Toulat-Paillat n’y avait pourtant pas particulièrement pensé mais la voilà depuis avril dernier maire de Châtillon. À l’issue des dernières élections municipales, le postulant en titre à la fonction de premier magistrat, préférant, au soir du scrutin, ne pas donné suite à sa candidature, elle se trouve fortement sollicitée par ses colistiers « pour y aller ».

chatillon madame le maire

Sarah Toulat-Paillat n’y avait pourtant pas particulièrement pensé mais la voilà depuis avril dernier maire de Châtillon. À l’issue des dernières élections municipales, le postulant en titre à la fonction de premier magistrat, préférant, au soir du scrutin, ne  pas donné suite à sa candidature, elle se trouve fortement sollicitée par ses colistiers « pour y aller ».


Ce n’était pas un choix simple pour cette jeune maman (42 ans) de 2 jeunes enfants (11 et 14 ans) «qui ont encore besoin de moi», qui aimerait préserver sa vie de couple et qui de surcroît occupe un emploi administratif à la  fédération départementale des  ADMR.
Le choix était cornélien car cette commune, elle l’aime. Elle en est l’élue depuis 2 mandats  ayant été adjointe au maire sortant sur les 6 dernières années. Après en avoir longuement parlé  en famille, puis entendu les motivations de son équipe, elle finit par dire  «oui» à la commune. «Par amour» nous dit-elle, les mots de Lucien Minault , son premier maire. «Tu sais Sarah le paradis c’est ici » résonnant à son oreille.

«Les rames pour avancer»
Elle a encore en mémoire  «les longues conversations avec  Lucien  assis sur un banc devant la mairie. C’est lui qui m’a transmis cet amour de Châtillon». « Ici tout n’est que tranquillité » nous dit Sarah, « les gens sont bien au bord de l’eau ». En effet du haut de son promontoire la mairie de Châtillon, surplombe légèrement un environnement reposant à regarder. On s’y ressource en écoutant l’eau de la chute de l’ancien moulin transformé en salle des fêtes, et la vallée de la Dive, particulièrement verdoyante en ces lieux, inspire calme et repos.
Pourtant, « le repos» n’est pas ce que Sarah Toulat-Paillat a trouvé en premier en s’installant dans le fauteuil de maire. « Il a fallu sortir les rames  pour avancer ». Le poste de secrétaire  de mairie, souffrant d’une vacance prolongée en raison de l’arrêt maladie du titulaire, Mme le maire met directement « les mains dans le cambouis » pour faire « aussi » en un premier temps le travail administratif de la mairie. Les choses semblant maintenant stabilisées  Mme le maire se pose plus aisément pour regarder les projets à venir. Pas de  révolution annoncée. Poursuivre les dossiers entrepris par son prédécesseur : telle est la priorité du nouveau maire  et de son équipe que Sarah Toulat-Paillat entend pleinement responsabiliser.

Vers l’intercommunalité
À Châtillon la politique menée sur les 6 prochaines années ne sera pas « le fait du prince ». Ce sera d’autant plus vrai que à Châtillon, « c’est l’histoire qui veut ça  », toutes les strates de la population sont viscéralement attachées à la commune. Mais chacun sait et le nouveau maire plus que quiconque que l’avenir passe par l’intercommunalité.  À la communauté, le maire de Châtillon, qui ne souffre d’aucun complexe d’infériorité lié à la dimension de sa commune, la plus petite du canton, est vice-présidente en charge de la vie associative. La politique associative, la politique jeunesse et la communication sont les axes principaux sur lesquels Sarah Toulat-Paillat entend s’investir dans ce mandat. À cet effet elle s’est attachée sur les trois premiers mois à faire l’état des lieux des dossiers en court. « Je veux rester humble », dit-elle, « avant toutes choses il faut que je me forge une carapace ».
Eh oui, ce nouveau maire subit déjà les assauts de ses concitoyens. « Les gens sont piquants, méchants entre eux, souvent jaloux » et de nous citer le coq qui chante trop tôt, la tondeuse qui ne respecte pas les horaires, la musique du voisin trop forte.
À Châtillon !  230 âmes !… Châtillon n’échappe pas à la règle.
Alors Sarah Toulat-Paillat  se veut être avant tout  une facilitatrice dans les relations humaines. « Apprendre aux gens à se parler, à se respecter, à échanger » pour que la qualité des relations humaines soit comme le cadre de vie : remarquable. «Châtillon c’est  ni plus ni moins qu’une grande famille» nous dit madame le maire qui a déjà eu l’occasion de comprendre qu’un maire ça devait pouvoir tout faire. Pour preuve la demande formulée  par son plus jeune fils au lendemain de son élection : «dis maman, maintenant, tu peux  faire qu’il y ait davantage de poissons dans la rivière ?».
B.G.

Plus Actualité

Haut De Page