Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Jean-Paul Gentils candidat à Civray avec sur sa liste Pascal Maillou

Actualité

Jean-Paul Gentils candidat à Civray avec sur sa liste Pascal Maillou

Il sera la tête de liste de la continuité. Jean-Paul Gentils mènera la liste de la majorité sortante pour les municipales de 2014. Le Charlois Pascal Maillou le rejoint à Civray.

civray enteretien Pascal Maillou RELU

Il sera la tête de liste de la continuité. Jean-Paul Gentils mènera la liste de la majorité sortante pour les municipales de 2014. Le Charlois Pascal Maillou le rejoint à Civray.
Alors que chacun pensait que les déclarations officielles pour les prochaines élections municipales se feraient début janvier, le paysage politique civraisien s’anime. Une première liste sur Civray se dessine, avec deux personnes connues qui dévoilent leur stratégie : Jean-Paul Gentils et Pascal Maillou.

Jean-Paul Gentils, actuel 1er adjoint de Jean-Bernard Brunet, sera bien comme nous l’avions déjà indiqué dans nos colonnes le candidat de la continuité de la majorité sortante. Il prendra la tête d’une liste de 23 membres dont 13 nouvelles têtes et 10 de l’ancienne municipalité. La composition définitive des membres de cette liste sera communiquée début janvier.
Quant à Pascal Maillou, actuel adjoint au maire de Charroux, proviseur des lycées André Theuriet et du lycée professionnel des Terres Rouges, il a choisi le Journal de Civray et du Sud-Vienne pour dévoiler ses intentions. Dans une interview exclusive, il dit pourquoi il ne sera pas candidat à Charroux et pourquoi il préfère rejoindre la liste Gentils à Civray.

Le Journal de Civray : En quelques mots pouvez-vous mieux vous faire connaître ?
Pascal Maillou : Arrivé depuis plus de quatorze ans dans la région, j’apprécie ce territoire, je m’y suis investi jusqu’à vouloir m’établir définitivement dans le village d’Asnois. Pour ce territoire j’ai contribué à l’Office du tourisme, sur le festival « Marche et rêve », politiquement j’ai participé aux cantonales et je suis investi dans le conseil municipal de Charroux. Je connais bien ce territoire ! Et ce qui me retient sur Charroux ce sont les gens, l’histoire, le patrimoine, le milieu des pèlerins, la ville autour de l’abbatiale, sa campagne.
Tout au long de ces expériences menées, je n’hésite pas à le dire : c’est une ville qui a loupé le virage de la modernité ! Je ressens une certaine frilosité, ça ne bouge pas assez, c’est pour cela que je veux m’investir différemment. Ce territoire pour lequel j’ai beaucoup de respect pour  son histoire et ses traditions doit s’inscrire dans le mouvement du futur et dans l’avenir. Si on ne met pas en exergue des projets d’avenir, on reste dans l’immobilisme.
Moi et Charroux ? J’ai toujours tendu la main à Yves Gargouil, le maire, nous avons ensemble mis en finalité, bon nombre de dossiers. Se poser la question de continuer et faire liste unique avec l’intention de prendre le virage dans la continuité ? Je lui ai proposé en mai 2013, mais  ma proposition n’a pas été la bienvenue et même sur trois dossiers ma main a été mordue les semaines qui ont suivi ! Nous valorisons encore certains dossiers ensemble, mais après 2004, 2008, 2011, il n’y aura pas de 4ème fois ! Je l’avais déjà annoncé en mars 2011.
JDC : Mais qu’envisagez-vous ? On vous sent dans l’attente et prêt à bondir ! Depuis plusieurs mois on évoque votre nom sur Civray, puis on n’entend plus rien à votre sujet. Qu’en est-il exactement ?
P.M. : Contrairement aux idées reçues, à l’issue de la
3e fois je devais arrêter.  Mon sentiment, ma vie professionnelle ayant évolué, avec une carrière rapide et une confiance de la part de mon  employeur, je fonce dans mon travail. Avec le second établissement de Civray en charge depuis septembre, j’ai beaucoup de travail sur ces deux institutions avec de belles équipes et de beaux projets. Deux établissements qui sont le pôle intermédiaire entre Angoulême et Poitiers, une des richesses du territoire civraisien.
JDC : Devenu « notable » de Civray, pensez-vous alors jouer un rôle dans la vie civraisienne ?
P.M. : Animateur local du PS à la demande générale des militants, les gens me font confiance ! Une solidarité civraisienne existe et l’équipe sortante de la municipalité de Civray a désigné Jean-Paul Gentils comme tête de liste. Il y a quelques semaines encore j’étais indécis. Jean-Paul Gentils est venu me voir, nous en avons parlé et je m’inscris sur sa liste. Une liste avec une équipe renouvelée, rajeunie et ouverte, avec du sang neuf, sans carte politique. Treize anciens conseillers partent, ce sont donc treize nouveaux qui se feront connaître bientôt. Les conditions ont été de la jeunesse et une équipe sans sectarisme. Toutes les compétences sont les bienvenues, la démocratie fera le reste !
JDC : Vous envisagez donc une place d’adjoint ?
P.M. : Non ! D’abord rappelons aux Civraisiens qu’ils auront à élire une liste complète, sans panachage et avec désignation des délégués communautaires. Il y aura donc deux votes en un seul ! Municipal et communautaire en élisant directement tous les délégués communautaires !
L’un et l’autre sont indissociables maintenant. L’avenir de la ville de Civray passe par la politique de la communauté de Communes : politique de l’humain et du quotidien par la vie municipale, structure et projets d’avenir par la Communauté de Communes.
Nous aurons donc un projet pour le bien communautaire avec pour ma part une bonne connaissance du pays Charlois et du pays Civraisien et la possibilité de mettre mes compétences à son service. Avec une connaissance de tout le territoire, je ne lâche pas Charroux, je m’impliquerai pleinement dans la communauté de Communes. Ces conditions sont annoncées : pas maire, pas adjoint mais chef de file des 7 délégués communautaires de la ville de Civray. Défendre Civray et Charroux comme cœurs de ce territoire réuni dès le 1er janvier 2014 pour que les 19 autres communes en bénéficient également. Grâce au travail des élus communautaires sortants, les moyens pour la nouvelle Communauté de Communes dès 2014 seront supérieurs à l’addition des deux actuelles : il faudra changer d’attitude, changer de braquet et faire des choses innovantes et entreprenantes. Les territoires qui ne bougent pas, qui ne se mobilisent pas, sont des territoires qui meurent. Tout ceci sera lié avec mes disponibilités et j’espère mes compétences.
JDC : On parle de la Ch’mise Verte et du Fil du Son, de problématiques finances et du souci de l’installation du Fil du Son 2014, votre point de vue ?
P.M. : D’abord le festival « Fil du Son » est né de l’action d’ex-lycéens d’André Theuriet ! Il serait dommage que ce festival n’ait plus lieu ! Ce festival permet de situer Civray sur une carte régionale voire plus ! Certes, si on demande un financement plus important des collectivités, alors il faudra être plus exigeant et le soutien devra être plus pointilleux sur le suivi de la manifestation ! À noter que ce festival fait presque partie du patrimoine civraisien, qu’il se trouve jusqu’alors à côté de l’église, autre monument classé en centre-ville !
JDC : Et l’avenir des lycées ?
P.M. : Je suis fier d’être à la tête des deux lycées de Civray, lieu historique. Le Lycée André Theuriet est l’élitisme républicain à la française et le lycée professionnel des Terres Rouges est l’insertion et l’excellence professionnelles. Ces deux établissements sont une vraie richesse pour tout le Civraisien qu’il faut encore développer.
Pour Pascal Maillou les choses sont donc claires désormais. Au tour de Jean-Paul Gentils de préciser dans les prochaines semaines sa liste de candidats renouvelée et ses projets.

Propos recueillis par Michel Hénot

Plus Actualité

Haut De Page