Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Monts-sur-Guesnes : coup d’envoi des travaux pour l’Historial du Poitou

Vienne - Nouvelle Aquitaine

Monts-sur-Guesnes : coup d’envoi des travaux pour l’Historial du Poitou

Au nord de la Vienne, dans la commune de Monts-sur-Guesnes, le projet de l’Historial du Poitou se concrétise.

Au nord de la Vienne, dans la commune de Monts-sur-Guesnes, le projet de l’Historial du Poitou se concrétise. Les travaux sur les ailes nord et ouest du château ont débuté. Une nouvelle proposition d’aménagement des anciennes écuries du château (la ferme Deram) est également venue compléter le projet initial. 
Imaginé en 2012, le 6e Historial de France est en cours de construction. « Ce dossier devient réalité. Le tourisme mémoriel intéresse, note Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne. Nous donnons à ce territoire des pistes de développement, il faut être prêt pour quand tout repartira. »
Après de nombreuses évolutions, une nouvelle mouture du projet a été présentée. L’objectif premier reste de raconter l’histoire du territoire, mais aussi d’en faire la promotion avec pour but de recevoir au moins 40 000 visites par an. L’Historial se concentre notamment sur l’époque médiévale, avec l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et de son fils Richard Cœur de Lion. 
Le projet comprend notamment une immersion sur le thème de la Guerre de Cent ans. Au cours de la construction du dossier, la proposition de salle enterrée pour abriter cette partie a été abandonnée  (problèmes de capacité et d’exploitation) pour aboutir à une nouvelle implantation. Cette évolution se matérialisera à l’ouest du château, de l’autre côté de la départementale, sur le site des anciennes écuries. Le lieu est aujourd’hui la propriété de la SEML Patrimoniale de la Vienne. Il permet également de relier les parkings. 

Raconter l’histoire à tous
Ainsi, sur ce site, un premier bâtiment abritera l’accueil, la billetterie, ainsi que la partie boutique et restauration/ snack. « Pour “garder” le visiteur et permettre la circulation d’ouest en est, un passage souterrain a été imaginé », indique Thierry Amiel, directeur général de Sites et Compagnie, exploitant du futur équipement. Le visiteur pourra ensuite passer l’entrée du château, sous sa forme médiévale pour accéder à la cour. « L’aile Nord détruite après un incendie sera reconstruite telle qu’elle existait au XVIIe siècle. A l’intérieur, la salle du ruban prendra place. »
Le visiteur commence par l’aile ouest et une première salle de présentation de la généalogie d’Aliénor d’Aquitaine et de Richard Cœur de Lion. « Nous cherchons à faire aimer l’histoire aux gens grâce à des supports ludiques et libres qui sont là pour piquer la curiosité. »
A l’étage, après de petits films sur l’évolution du château et du village à travers les âges, une salle immersive plonge le visiteur dans un banquet en 1 199. « Nous avons veillé à alterner les supports qui parlent aux enfants et ceux aux parents. Tout est conçu avec l’appui du conseil scientifique. » Vient ensuite la cuisine et sa table interactive.
Puis du côté des arts, des professeurs proposent des cours de poésie, d’enluminure et de chant. Vient ensuite une salle en mezzanine sur la géographie du Poitou et un espace où est installé plusieurs maquettes de sites patrimoniaux majeurs du Poitou (abbaye de Saint-Savin …). Elle donne accès ensuite à la salle du ruban du temps qui permet d’explorer différents aspects forts de l’histoire du Poitou. « C’est une fresque en trois dimensions de 25 mètres de long et huit de haut, avec des projections, des objets animés, des mécanismes. Des tablettes permettront d’aller plus loin et d’avoir accès à différentes ressources. »

Une nouvelle implantation
Le visiteur repassera ensuite du côté de la ferme qui abritera la fameuse salle sur la Guerre de Cent ans à travers une projection monumentale à 180°. Dans ce bâtiment, il y aura également un bar à jeux pouvant également servir pour des conférences, une costumerie … A l’arrière, un parc à jeux médiévaux prendra place avec des ateliers pédagogiques (tir à l’arc, taille de pierre, écriture héraldique, apothicairerie). « Nous avons ainsi un projet plus large, plus familial où sur 2  à 3  heures, chacun peut visiter, apprendre, assister à des animations … C’est un site à vivre », souligne Bruno Belin. Le coût du projet est de 7,2  M€ pour le château, ainsi que 2  M€ pour l’aménagement des anciennes écuries. La conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance ont été confiées à la SAS Aliénor (portée par la SEML Patrimoniale et Sites & Compagnie). L’ouverture est prévue pour avril 2022.
M. W.

Votre ABONNEMENT DÉCOUVERTE à 0 euro sur https://www.public-media.fr/boutique/

Plus Vienne - Nouvelle Aquitaine

Haut De Page