Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Dreamkeepers : la peur aux trousses  pour 550 spectateurs à Château-Larcher

Actualité

Dreamkeepers : la peur aux trousses  pour 550 spectateurs à Château-Larcher

C’est pour jouer à se faire peur que les amateurs d’émotions fortes ont pris un billet pour l’au-delà avec « La soirée de l’étrange ».

fete-etrange-a

C’est pour jouer à se faire peur que les amateurs d’émotions fortes ont pris un billet pour l’au-delà avec « La soirée de l’étrange ».

Et ça marche : encore une fois tout est complet et il y a eu 550 personnes pour venir passer du temps sur les deux soirées de l’Étrange avec trois spectacles chaque soir à partir de 19h30. Et trois semaines avant les organisateurs refusaient déjà des entrées. Dès le départ du parcours nocturne, on sent la fébrilité des spectateurs, qui sont appelés un par un, comme lors d’une rentrée scolaire. Il faut dire que l’association Dreamkeepers, composée essentiellement de bénévoles et de toute origine sociale, a mis le paquet. Le grand « donneur d’adrénaline » c’est Charles Martzel, metteur en scène du spectacle, où les spectateurs sont plongés dans la nuit, entourés de personnages fantomatiques muselés, dignes d’un roman fantastique que ce soit par les vêtements, les actions ou les intrigues surréalistes : on passe d’un forcené condamné à mort qui s’échappe de la chaise électrique, en passant par une vitrine de morts-vivants. On côtoie même les maquisards armés de Champagné, puis on se retrouve dans un hôpital psychiatrique avec un message contre l’eugénisme des dictateurs, pour terminer dans un cimetière maléfique où « l’au-delà » s’illumine grâce aux exploits pyrotechniques. Entre temps, après avoir courbé la tête pour franchir un tunnel dans la pénombre, on croise des pré-adolescents qui jouent les enfants de la damnation, en poussant des cris, tout en suivant une nonne ensorcelée à travers le village. Un univers impitoyable où les spectateurs sont palpés, frôlés, touchés, interpellés voire bousculés par les acteurs bénévoles qui en rajoutent ; jusqu’à un personnage fictif qui traverse le public en parodiant un massacre à la tronçonneuse.

Des morts-vivants bénévoles

Ceux qui jouent durant ces deux nuits-là à terroriser les autres de peur, se transforment pour le spectacle en mort-vivant, sorcière et autres personnages tirés de la littérature fantastique. Là est le deuxième aspect incroyable et surnaturel de cette fête de l’étrange. Avant le spectacle, tous les figurants se réunissent dans la salle des fêtes transformée en salle de maquillage et de grimage. Dans l’hilarité et l’enthousiasme général, pour mieux faire plonger les spectateurs dans un univers effroyable, ils vont passer 3 heures à se maquiller et à transformer des costumes dignes d’une atmosphère cinématographique pour être le plus horrible possible. Et à ce moment-là, vous pouvez reconnaître parmi les 90 bénévoles, ceux qui sont venus en couple, ou entre amis, en famille (parents et enfants). Une partie de ces figurants aide aussi à la création des décors dans les semaines qui précédent le spectacle. S’y ajoutent des maisons en polystyrène pour inventer le village brûlé, des tombes fabriquées avec des matériaux de récupération pour des morts en folie… le public alterne rires et hurlements…mais sérieux s’abstenir. Château-Larcher cherche à être inscrit sur le registre des « villages de caractère », et ici son décor médiéval avec toute sa fantasmagorie de souterrains, tunnels, donjons, herses, tours, pont levis est utilisé pour son caractère unique en son genre. N’oublions pas que l’association Dreamkeepers propose de manière paisible en décembre, une féerie de Noël, spectacle gratuit en direction des enfants, devant le château et l’église de Château-Larcher.

Plus Actualité

Haut De Page