Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

De l’échange de plantes au jardin participatif avec Cicerone à Civray

Actualité

De l’échange de plantes au jardin participatif avec Cicerone à Civray

Il y eut samedi 19 novembre une matinée d’échanges de plantes qui ne devait que deux heures mais qui se prolongea, du fait de son succès. Ce n’était pas une première mais c’est bien le signe que le citoyen revient aux sources essentielles avec une priorité celle de manger sainement.

cicerone-plantes-2

Il y eut samedi 19 novembre une matinée d’échanges de plantes qui ne devait que deux heures mais qui se prolongea, du fait de son succès. Ce n’était pas une première mais c’est bien le signe que le citoyen revient aux sources essentielles avec une priorité celle de manger sainement.

Un petit bout de terrain permet d’avoir une activité physique en entretenant quelques mètres carrés de jardin mais récolter quelques aromates et quelques légumes est plus qu’un plaisir. En cette matinée du samedi 19, chacun amenait un plant, un arbrisseau, graines et bulbes pour échanger. Chacun a pu faire une visite du jardin associatif sous la conduite de Clément Saint-Louis le jardinier référent qui expliquait le projet de la méthode systémique et globale de la permaculture ainsi que les nouveaux projets participatifs.

Entre culture et nature

Parmi ces projets celui du jardin forêt, entre culture et nature, un projet expérimental à Civray où plantes vivaces, arbres fruitiers vont se compléter. Des plantations qui se feront progressivement avec une étude particulière sur leurs emplacements afin que l’une vienne compléter l’autre, en engrais, en azote, le nécessaire pour que cette dernière vive et soit auto-fertilité. Les grands enrichissant les plus petits mais aussi les protégeant.

C’est ainsi que l’on retrouvera d’anciennes variétés, fruits et légumes anciens ou légumes perpétuels avec un ordre en étage. La plantation sera composée de châtaigniers, de pommiers, d’abricotiers, de framboisiers, de cassis et de légumes. Le projet se réalisera sur 2 000 mètres carrés, il demande des personnes de bonne volonté qui apporteront des plants et leurs connaissances pour échanger. Parmi ces personnes Manon et Gérard Minault sont adhérents et présents sur ce projet. Ce dernier a besoin d’être soutenu par des entreprises qui croient en sa continuité et son extension. Ce projet est un peu un retour aux sources, les anciens ayant compris l’utilité des grandes futaies, des essences d’arbres ou de plantes venant nourrir son environnement proche. Un projet participatif qui demandera du temps, expérimental oui, mais tenant compte des leçons du passé. Cicérone et le jardin participatif n’a pas fini de faire entendre parler de ses innovations et de ses découvertes.

Plus Actualité

Haut De Page