Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Autour de l’église Saint-Nicolas : un cimetière

civray diagnostic archéo recherche

Actualité

Autour de l’église Saint-Nicolas : un cimetière

Les recherches pour le diagnostic archéologique, demandées par l’architecte, démontrent bien, que ce soit à l’Est de l’église en prolongement de la nef ou sur le bas coté collatéral où se trouvait la maison rasée, que bien plusieurs sépultures se trouvent à proximité des tranchées creusées.

civray diagnostic archéo recherche

Les recherches pour le diagnostic archéologique, demandées par l’architecte, démontrent bien, que ce soit à l’Est de l’église en prolongement de la nef ou sur le bas coté collatéral où se trouvait la maison rasée, que bien plusieurs sépultures se trouvent à proximité des tranchées creusées. Ce ne sont pas deux ou trois corps qui reposent ici, mais beaucoup plus.

Deux spécialistes détachés ont été chargés de chercher, non pas un chef d’œuvre ou des monuments remarquables, mais des éléments capables de mieux faire connaître le territoire et l’historique des sociétés passées. Cela au travers d’innombrables détails conservés par le sol grâce à des sondages ou « fenêtres d’observation ». C’est ainsi que sont appelés en terme d’archéologie les tranchées qui font apparaître des couches de terre différentes au fur et à mesure de la profondeur.
À Civray, ces sondages ont permis d’avoir une vision plus précise sur des différentes étapes de l’église, de sa construction et de ses aménagements. Ils ont aidé à établir des diagnostics récents sur les portées les plus anciennes du positionnement de l’église.

Du XIIè et XVIIè siècle
Toutes les études scientifiques et stratigraphiques effectuées à Civray permettent désormais de dater l’histoire de l’église Saint-Nicolas à travers les couleurs des couches. Ainsi, sur les trois sondages opérés par les deux archéologues, Emanuel Moizan et David Brunie, durant plus d’une semaine, il a été déterminé que les prospections situées à l’Est sont du XIIe siècle environ, alors que d’autres découvertes plus récentes sont datées du XVIIe siècle.
Les découvertes de ces jours derniers ont également établi le fait que plusieurs sépultures sont à un mètre cinquante sous terre dans le prolongement de la nef et en plus grand nombre que l’on croyait.
Actuellement, les observations sont terminées et l’ensemble a été remis à niveau. La dernière fenêtre d’observation située entre la Maison de la Presse et l’église Saint-Nicolas n’a rien révélé. On peut tout de même avancer que le sol à cet endroit a été surélevé au cours des siècles afin de permettre un meilleur passage.
Un procès-verbal a été dressé par les deux archéologues. Il a été visé par le maire (restitution du terrain). Le PV a été transmis ensuite au Service Régional Archéologique qui donnera suite.
Les travaux engagés tout autour de l’église sont destinés à installer un drainage.  Les découvertes ne bloqueront pas la suite du chantier. Si actuellement, le chantier est en arrêt, c’est simplement qu’une mise en conformité a été demandée par l’Inspection du travail suite à une visite sur les échafaudages.

Plus Actualité

Haut De Page