Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Augmentation de la Tva pour les Boutiers de Lizant : l’inquiétude des centres équestres

Actualité

Augmentation de la Tva pour les Boutiers de Lizant : l’inquiétude des centres équestres

Le centre équestre des Boutiers tourne actuellement avec deux personnes diplômées : ces deux personnes s’inquiètent du devenir de la profession et des animaux avec les dernières directives prises.

lizant boutiers RELUà réfléchir

Le centre équestre des Boutiers tourne actuellement avec deux personnes diplômées : ces deux personnes s’inquiètent du devenir de la profession et des animaux avec les dernières directives prises.

En effet, des manifestations se sont organisées pour la défense des centres équestres, les élevages, les haras en réaction contre le dernier décret signé portant la TVA à 20 % sur toutes les prestations liées à la profession.
Le taux de TVA jusqu’alors appliqué était de 5,5 %, elle est passée à 7 % en 2013. Une nouvelle augmentation était prévue au 1er janvier 2014 et portée à 10 %, les professionnels s’y étaient préparés. Mais en fait le taux qui sera appliqué sera de 20 %, décret signé et publié au Journal Officiel du mercredi
13 novembre !

6000 emplois menacés
Si le centre équestre des Boutiers nous a alerté, d’autres éleveurs s’inquiètent de cette décision rapide qui sera appliquée sur toutes les prestations : gardiennage, enseignement, équithérapie ou hippothérapie et toutes présentations diverses.
« Augmenter les tarifs ? Répercuter cette augmentation sur le client ? Impossible ! Nous allons devoir diminuer notre marge, rogner et réduire les investissements. Nous envisagions de prendre une troisième personne comme palefrenier, ce ne sera pas réalisable. Et il y a les frais d’entretien pour nos animaux : la nourriture qui est le premier budget, la scellerie, le maréchal-ferrant, le vétérinaire ».
La filière équine est inquiète  : les petits centres équestres risquent d’être mis en difficulté. Il se dit que 6 000 emplois vont ainsi disparaître, 80 000 chevaux seront réformés dans les années à venir.
La Cour de justice européenne a contesté la validité du dispositif législatif appliqué par la France afin de permettre l’application d’un taux réduit de TVA  aux activités liées au cheval. La Communauté européenne n’a eu de cesse de remettre en cause cet ancien dispositif, elle a demandé au gouvernement de statuer, ce qui vient d’être réalisé.

Plus Actualité

Haut De Page