Se connecter avec nous
Abonnement 1€

Le Journal du Sud-Vienne

Harry, lycéen à André Theuriet et styliste d’une ligne de vêtements

Actualité

Harry, lycéen à André Theuriet et styliste d’une ligne de vêtements

Pas très habituel de rencontrer un lycéen qui a monté sa propre boîte ! Harry Alexander est élève de terminale Sciences Technologie Management et de Gestion au lycée André-Theuriet, et en seconde activité il a monté, avec l’aval de ses parents, et particulièrement de son père, une entreprise sous la formule d’auto-entreprise, en produisant une ligne de vêtements.

Pas très habituel de rencontrer un lycéen qui a monté sa propre boîte ! Harry Alexander est élève de terminale Sciences Technologie Management et de Gestion au lycée André-Theuriet, et en seconde activité il a monté, avec l’aval de ses parents, et particulièrement de son père, une entreprise sous la formule d’auto-entreprise, en produisant une ligne de vêtements.

C’est dans le cadre du parcours Post Bac et Bla Bla Sup, instauré au Lycée, avec des rencontres avec anciens et nouveaux élèves et des rencontres avec des professionnels que le mardi 4 février une mini-conférence de presse a été mise en place par Aurélie Deblaize, la proviseur adjointe, et avec derrière la caméra Damien Guittard, chargé de communication au lycée. À cette occasion Océane, Clara, Laurine et Alexandre élèves de seconde assistaient à ce moment. Ils ont posé quelques questions.

Vente de sweats et tee-shirts en ligne

Harry Alexander a eu l’idée de sa ligne de vêtements l’été dernier, en vacances. Son père financier dans la City a toujours le pied à l’étrier : il a aussitôt encouragé le fiston et l’a conseillé. Son professeur d’économie Laurent Martin n’a pu lui aussi que l’inciter à persévérer dans cette démarche.

La partie ligne de vêtements, la fabrication, le logo et la distribution restent le domaine de Harry. Les couleurs sont sobres et classiques, les coupes du vêtement sont avant tout fonctionnels et jeunes. Le créateur a adopté un logo autour de l’abeille, d’où le nom de Honey-vêtement que l’on peut retrouver sur les réseaux sociaux et sur son site.

À propos de savoir si le fait de mener de front des études et son entreprise ne semble pas lui poser problème, Harry affirme qu’il assume et sait se faire aider. Il envisage si la société prend de l’ampleur de faire gérer sa comptabilité.

Avoir voulu et su créer, si jeune, une entreprise surprend souvent les interlocuteurs d’Harry. Pour lui ce n’est pas un problème : il envisage désormais de se diriger vers des écoles de commerce ou de Prépa. Cet esprit d’entreprendre il le tint de sa famille d’origine anglaise. Et cela semble bien lui réussir.

Aujourd’hui Harry vend des sweats et envisage une ligne de tee-shirts. L’ensemble de la production est et restera « Made in France ». Harry Alexander ne manque pas d’idées et son emblème l’abeille a déjà pris un bel envol

Dans le cadre du Bla Bla Sup, ce bel exemple d’entreprise innovante et encourageante devrait inciter sans doute d’autres jeunes à entreprendre.

Plus Actualité

Haut De Page