Actualité

  • Une première visite du président Lafond dans le Civraisien

    Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Claude Lafond a commencé sa campagne de visite de commerçants et d’entrepreneurs dans le département. Il a débuté par une venue à Civray, dans la brasserie du Commerce reprise par Bruno et Caroline Nets. C’était aussi pour montrer le bon succès de cette reprise élaborée et construite avec l’aide de la CCI.

  • Une formation de secours pour les femmes élues à Charroux

    Dans le cadre d’un partenariat entre le SDIS 86, l’association des Maires de la Vienne et Vienne Service, 33 sessions de formations aux gestes de premiers secours sont proposées aux élus du département sur l’année 2017.

  • La privatisation de l’EHPAD de Couhé fait débat parmi les élus

    La réunion organisée par le Parti Communiste et le Front de Gauche du Sud Vienne, vendredi dernier à l’Espace Média, à propos de la vente de l’EHPAD de Couhé (comme l’EHPAD de Chaunay d’ailleurs) à un organisme privé, par la Communauté de Communes du Civraisien en Poitou (CCCP) a rassemblé 130 personnes.

  • Un « Jardin remarquable » à visiter à Laverré

    Le Jardin du Prieuré de Laverré, sur la commune d’Aslonnes, ancien lieu de vie de moines, est classé monument historique,  » Jardin remarquable « . Il est visitable tous les jours jusqu’en novembre, sauf les mardis ainsi que les dimanches matin. Jeanne et Henri Bernard, qui l’ont acheté en 1967 (50 ans), résident dans l’ancien prieuré. Le couple a réaménagé le domaine laissé à l’abandon après la Révolution Française qui avait chassé les religieux. Il s’occupe principalement de la maison, organise le jardin et le fait visiter. On peut d’ailleurs plus parler de jardins au pluriel tellement la découverte et l’étonnement sont multiples.

  • Se « remuer les méninges » pour mieux vivre sa ville à Couhé

    Vendredi 29 septembre au soir, 45 habitants de la commune de Couhé se sont retrouvés à l’Espace Media, répondant ainsi à l’invitation que, le Maire Vincent Beguier et Margareth Chedozeau, conseillère déléguée en charge de la vie des quartiers, avaient adressé à l’ensemble des administrés dans la perspective de la préparation du budget d’investissement participatif que chaque année depuis le début du mandat le conseil municipal met à la libre disposition des contribuables.

  • Chemin de fer : un voyage dans le passé à Charroux

    Anne-Marie Brothier, membre d’Amitié Partage, a emmené une trentaine de personne dans un voyage dans le passé afin de mieux coAnne-Marie Brothier, membre d’Amitié Partage, a emmené une trentaine de personne dans un voyage dans le passé afin de mieux connaitre la ligne oubliée qui allait de Saint-Saviol à Lussac les Châteaux, et qui passait par Charroux, mise en service en 1886.
    Un travail en profondeur effectué par la guide dans les archives de la mairie, auprès des anciens et de toutes personnes susceptibles d’avoir des informations.
    Au pré de l’aiguille. A cette époque les locomotives étaient à vapeur et il fallait un approvisionnement en eau, qui ne pouvait provenir que de la Charente, située assez loin en contrebas. Ainsi, un local technique fut construit au pré de l’aiguille.
    Anne-Marie Brothier, explique image à l’appui comment s’est déroulée l’arrivée du chemin de fer sur la commune, les passages à niveau (au nombre de 3), les maisons de garde-barrières (19), les ponts, le personnel …
    Le Viaduc de Charroux, construit en 1880, en pierres de taille a une longueur de 74 m et une hauteur de 14m50. Il subit aujourd’hui l’attaque massive du lierre…Il franchit une vallée sèche et repose sur des fondations en maçonnerie. Pour faciliter les travaux, un puits est creusé et construit à proximité.
    Le hall de gare : la gare de Charroux sera la première gare intermédiaire entre la grande voie ferrée de Paris à Bordeaux et les bourgs des petites communes avoisinant Charroux avec lesquels elle est directement reliée par 8 routes de chemins de grande communication.
    Elle a connu une intense activité, des écrits datant de 1914 relatent son activité pour les passagers, mais aussi pour le charbon, le transport de bestiaux, les céréales, la laine…
    Puis le déclin 1933, le matériel et les locaux sont vieillissant, la négligence d’entretien met les voyageurs en inconfort (« par temps de pluie les voyageurs sont inondés, les serrures ne ferment plus »). Le préfet de l’époque refuse catégoriquement de remplacer les équipements devant le faible trafic. La ligne est alors définitivement fermée aux voyageurs en 1939 et un service de diligence est mis en place, le service marchandises va poursuivre quelques temps, grignoté peu à peu par les camions. La ligne est déclassée en 1970 et le viaduc devient un beau monument inutile.
    Les terrains et les maisons sont alors vendus et les bâtiments de la gare sont peu à peu engloutis parmi les nouvelles structures de la coopérative.
    Un formidable voyage dans le passé ; qui a permis à beaucoup de découvrir la fonction première des bâtiments de la cité Charloise. nnaitre la ligne oubliée qui allait de Saint-Saviol à Lussac les Châteaux, et qui passait par Charroux, mise en service en 1886.